Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2012

Luc le cousin - 17

Classic Days - 28 & 29 Avril 2012

Engagé avec la Singer Nine Le Mans

DSC07585.JPG

DSC07583.JPG

DSC07584.JPG

DSC07598.JPG

001.JPG

002.JPG

063.jpg

imgp1256.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=VNgPlONFyhI à 0mn 4s

http://www.dailymotion.com/video/xqjm7i_classic-days-2012... à 2mn 15s et à 5mn 45s

http://www.dailymotion.com/video/xqx6wv_classic-days-2012...

http://www.classic-days.fr/PAGES/PHOTOS/photos.php

07/11/2012

Luc le cousin - 16

3è Ronde cartographique de l'Autunois-Morvan - 25 Février 2012

Abandon par rupture d'un support d'amortisseur arrière

100_9623.jpg

img0815i.jpg

img0814a.jpg

100_9625.jpg

100_9634.jpg

16/02/2012

Luc le cousin - 15

XVè Rallye Monte-Carlo Historique 30 Janvier-4 Février 2012

 

C'était l'édition à ne pas manquer, et nous l'avons menée au bout n°89 sur Renault 5 TS pour les 40 ans de la R5.

IMG_3676.JPG

Etape de concentration Turin-Monaco :

A 4mn 02s http://www.youtube.com/watch?v=AjN7Xc_1ENA&feature=re...

Dès Turin, l'ambiance hivernale est présente avec 15 cm de neige. Une exposition Lancia est organisée au départ pour le 40è anniversaire de la victoire de Sandro Munari sur Fulvia. Au vu des informations météo distillées par mon fils (conflit de masses d'air situé sur la Provence), nous décidons de monter les pneus cloutés à gros crampons pour un maximum de grip à l'avant.  La montée sur Sestrière est enneigée, puis sèche côté français vers le Lautaret. La traversée du Vercors est verglacée. A Loriol, nous sommes accueillis par le rtbc pour une sympathique collation, avec du génépi qui rechauffe bien.

7914.jpg

7514.jpg

En sortant des gorges de l'Ardèche, nous nous faisons flasher à Saint-Just (65km/h au lieu de 50), puis nous gagnons Nyons où la neige commence à tomber et la fatigue se fait sentir, il est 4h du matin. Nous retrouvons Jean et François !
Ensuite nous suivons la Fiat X1/9 n°84 des Recordier, et après Serres nous nous interrogeons pour savoir si nous empruntons le redouté col de Faye (ZR de 2010 à l'envers) où si nous faisons un détour par Laragne. Mais nous emboitons la roue de la Fiat qui s'engage en direction du col complètement enneigé. Et ce que je redoutais arrive : la Citroen DS de Bob Neyret est au fossé et bloque la dernière montée qui se verglace rapidement.

IMG_3719.JPG

Sans élan, impossible de repartir avec la R5, il faut chainer pour passer les 10 km suivants. Le jour se lève et la couche de neige est de plus en plus épaisse, nous arrivons au CH de Barcelonnette avec 50 minutes dans la vue. Nous passons le col de Larche juste avant sa fermeture pour formation de congères, que nous apprendrons plus tard. Même régime en Italie jusqu'à Tende, il y a 15 cm sur la route. Nous décidons alors qu'en cas de retard trop important au CH de Sospel, nous ne disputerons pas la ZR1.

RMCH 2012 012.JPG

IMG_3730.JPG


Dans la descente vers Sospel, une des trois Jaguar type E rouges lituaniennes nous double, et au virage suivant elle tape la pelle du chasse-neige montant en sens inverse qui la propulse sur le rocher à droite : la voilà elle aussi en forme d'étrave, mais la course est finie pour l'équipage.

rallyemontecarlohistori.jpg


Nous gagnons le départ de la ZR1 dans les temps : une ZR1 terrible comme je l'avais annoncée, avec 20 cm de neige et de la tole ondulée qui secoue beaucoup le train avant.
Nous arrivons sur le port de Monaco avec la fierté d'être passé partout, mais il n'y a pas grand monde dans le parc fermé !

A 0mn 11s http://www.youtube.com/watch?v=WqCGbuva240
Dans la ZR1 à 2mn 17s http://www.youtube.com/watch?v=KfyCGKr8VUg&context=C3...
http://www.youtube.com/watch?v=emW3r1J0qNA

 

Etape de classement Monaco-Valence :

Le matin au départ, nous apprenons que les pénalités du parcours de concentration et de la ZR1 sont annulées... Tous les efforts fournis la veille ont donc été inutiles. Nous faisons des choix de voiture, de pneus, de ville de départ, de météorologie qui sont déterminants, et voilà que le parcours de concentration perd son aspect sélectif, qui aurait permis de perturber sérieusement la hiérarchie des cadors de la spécialité, qu'on retrouve aux avant-postes rapidement...

La neige a cessé de tomber, et nous voilà partis sous le soleil vers la ZR2 Le Mas-Les quatre chemins par Gilette. Il fait froid (-15°C), la neige au sol est dure et verglacée, et nous pensons que le bruit entendu dans le train avant provient de blocs de glace qui frottent contre les pneus. En vérifiant le jeu des roues avant au départ de la ZR, nous nous apercevons que le roulement avant gauche a cassé, certainement dans la ZR1 la veille. Nous prenons le départ quand même, et effectuons la ZR au ralenti, puis gagnons Castellane par la Route Napoléon entièrement couverte de neige, quel spectacle ! http://www.youtube.com/watch?v=KLTcJAgqDE4

Nous appelons l'assistance qui nous attend au garage Renault de Digne et qui confirme le diagnostic. Un roulement est trouvé dans un magasin, et il faudra 1h30 pour le changer sur l'établi mis à disposition par le garage Renault.

RMCH 2012 014.JPG

Pendant ce temps, nous étudions les choix de la journée : il reste trois CH et trois ZR. Nous décidons de shunter la ZR3 et de nous rendre directement à la ZR4. Mais au CH suivant de Tallard, le deuxième roulement avant se fait entendre. Il ne nous reste plus comme solution que de rallier Valence au ralenti où l'assistance a commandé le deuxième roulement, de le changer, et de pointer au CH avant 22h54 pour ne pas être hors-course. La course contre la montre commence et nous prions pour que le roulement cassé tienne 150 km, ce qu'il fera, ouf ! Munie de ses roulements avant neufs, la R5 franchi le CH du Champ-de-Mars à Valence à 21h30, qui nous gratifie d'une valise de 100000 points de pénalités, mais nous sommes encore en course ! Le vent est glacial sur Valence et nous gagnons rapidement notre chambre d'hôtel pour un repos mérité.

02913.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=Rzjfd4DN080&context=C3...

 

Etape commune Valence-Valence

Il était impératif que nous courions les ZR ardéchoises, puisque mon pilote est le régional de l'étape.  Le vent glacial est toujours présent sur Valence au départ, ça sent la burle sur les hauteurs... Nous sommes classés 234è sur 236 voitures encore en course (un tiers d'abandons), il y a une Citroen Dyane et une Toyota bien amochée du team -kamikaze- japonais derrière nous.

61513.jpg

315035P2030259.jpg

Nous ne pouvons que gagner des places à présent ! La montée à Saint-Pierreville se fait sans histoire et la ZR6 longue de 50 km est sèche et ne comporte que des difficultés de navigation. Nous faisons le  148è temps. Ensuite viens la ZR7 Burzet-Dornas toute enneigée, où nous sommes rapidement dans les choux avec nos 65 cv avec 1 mn 35 s de retard sur le temps idéal en fin de parcours, 186è temps.

getatt10.jpg

54512.jpg


Nous filons ensuite vers le CH de Saint-Agrève, suivis par Jean et François qui regardent la R5 danser d'un appui sur l'autre dans les virages. Il fait gris et très froid (-12°C). Heureusement la municipalité de Saint-Agrève a prévu un buffet sous tente pour se requinquer. Nous y retrouvons Bernard Mathevet en costume-cravate (ça change de la combinaison !), et Jean et François bien-sûr, contents de nous voir continuer.

05710.jpg

05610.jpg

54612.jpg


Nous enchaînons avec la ZR8 Freydaparet-Col du Buisson enneigée aussi, où nous réalisons le 172è temps. Et enfin notre meilleure ZR, la 9 Lamastre-Plats qui est sèche et agréable, et qui nous vaut le 107è temps, avec même un passage à 0 au chrono 3 dans un bel enchaînement de virolos en sous-bois.
Nous descendons vers le CH de Tournon par la toujours magnifique route panoramique étroite dont je ne me lasserai jamais, même par temps gris la vue sur la vallée du Rhône est splendide.

33712.jpg


Au soir à Valence, nous sommes remontés à la 227è place, ah quand même ! La voiture tourne rond, il n'y a plus qu'à assurer jusqu'à Monaco. Nous gardons les mêmes pneus depuis le départ de Turin, les cloutés à gros crampons achetés sur lebonc***,  qui se révèlent résistants et efficaces au vu des conditions.
Nous dînons à la brasserie Saint-Jacques, à côté de la table du team -kamikaze- japonais qui me regarde bizarrement enfourner une énorme cocotte de moules-frites...

424757_1834607002853_1770781467_924445_825357067_n.jpg

417073_1834607762872_1770781467_924446_1101039527_n.jpg

 

Etape commune Valence-Monaco :

Le départ se fait un peu à la bourre à cause du nombre d'abandons qui avance notre heure. Nous partons vers Saint-Nazaire-le-Désert pour effectuer au lever du jour la ZR10 qui, contrairement à 2010, est sèche. Nous réalisons le 162è temps. S'ensuit une liaison fastidieuse de 200 km, sous le soleil heureusement, alors que nous traversons des massifs sympathiques où nous aurions pu enchainer une ZR11 vers les clues de Bayons ou de Barles par exemple. Une ZR supplémentaire nous est distillée au col de Laval, où nous réalisons le 169è temps. Une Porsche 911 verte au capot déjà enfoncé nous double pendant la ZR, et finit dans la glissière après l'arrivée en croisant une Peugeot 205 GTi qui monte en sens inverse... L'équipage court après le phare qui roule sur la neige.

046.jpg

Nous prenons alors la direction de la plus difficile ZR parait-il La Tour-sur-Tinée - Utelle, qui est annulée suite au blocage des voitures dans la montée verglacée.
Il ne nous reste plus qu'à rallier le CH de La Turbie par la vallée du Var, où les mamies Christine Dacremont et Françoise Conconi n'amusent ni la galerie ni le terrain, en faisant ronfler leur Citroen ID 20 rose à la poursuite de Jean Ragnotti sur Renault 5 lui aussi.

80911.jpg

cimg0234.jpg

RMCH 2012 015.JPG

RMCH 2012 016.JPG

La Turbie sous la neige est un spectacle exceptionnel et enchanteur, avec la mer qui scintille plus bas. Enfin, nous rallions Monaco, où nous pointons à la 222è place et où nous nous préparons à la nuit du Turini, avec le buffet servi sous la tente. Les spéculations vont bon train au sujet de l'enneigement : a-t-il varié depuis la cassante ZR1 dont nous reprenons le parcours ?

http://www.youtube.com/watch?v=ZKbFP860mwM

IMG_3801.JPG

 

Etape finale Monaco - Monaco :

C'est toujours dans cette dernière nuit que les tensions s'exacerbent, et ça ne va pas louper pour nous, il faut finir coûte que coûte ! En montant sur Sospel, l'ouvreur nous indique que la ZR12 est enneigée sauf dans la descente vers La Bollène-Vésubie. Jusqu'au col de Turini, nous gèront plus ou moins notre retard, puis arrive le fameux droite-gauche sous les flashs négocié dans une belle dérive heureusement contrôlée par mon pilote, car des inconscients se sont garés au sommet du col ! Les mamies Dacremont-Conconi y feront un tout-droit qui aurait pu être fatal à l'ID 20 rose... Dans la descente, mon pilote s'essaie au freinage du pied gauche comme Ragnotti, mais les disques non-ventilés fument à l'arrivée ! 158è temps.
La tension et l'attention se relâche dans la liaison vers Pont-de-Clans. Au passage d'un virage en dévers dans la station de ski de la Colmiane, l'arrière de la R5 veut passer devant, elle part en tête-à-queue malgré le contrebraquage énergique et vient embrasser la glissière de sécurité, bang ! Je suis abattu, si près du but je crois le radiateur percé, heureusement il n'en est rien. Le pilote redresse le pare-choc tant bien que mal et nous repartons avec deux phares en moins.
L'ouvreur nous prévient que la ZR13 Tournefort-Villars est sèche et caillouteuse, mais verglacée vers Massoins. Nous y faisons le 188è temps, puis nous montons sur Loda pour disputer cette dernière ZR14 qui reprend en partie le parcours de la ZR1, je crains le pire, nous mettons la R5 en position "tracteur".
L'ouvreur nous indique un enneigement partiel ou total, et des vaches en liberté dans le col de l'Ablé, j'éclate de rire ! Nous gèrons à peu près notre retard jusqu'au col  Saint-Roch, puis c'est de nouveau la sibérie avec des voitures dans tous les sens, certaines en perdition, d'autres essayant de nous doubler dans les ornières de neige. Un spider Fiat 124 est arrêté pour chaîner. Au détour d'un virage, nous trouvons la Datsun belge qui a tapé l'aile avant gauche (la droite c'est déjà fait, pas de jaloux), nous parvenons à l'éviter de justesse en nous arrêtant à 10 cm !

044.jpg

Au col de l'Orme, nous ratons l'embranchement à gauche à cause du décalage du trip-master, ce qui nous vaut une marche arrière. Puis nous passons devant les vaches impassibles avant de descendre sur Lucéram par une succession d'épingles très serrées. On ne régule plus, on navigue aux épingles, et on essaie d'aller le plus vite possible sur la neige en évitant de taper un caillou caché dessous. Une Renault 5 fera le meilleur temps dans ces conditions infernales, 127è temps pour nous. http://www.youtube.com/watch?v=tuTDEat6vFA
Au moment de pousser un grand OUF de soulagement après l'arrivée de cette ZR14, un voyant s'allume au tableau de bord, puis la température du moteur monte à 110° : une courroie vient de lacher à 30 km de l'arrivée ! N'y connaissant rien en mécanique Renault, je laisse mon pilote réparer aidé d'une connaissance. Puis nous atteignons par Peille le port de Monaco avec 20 minutes de retard au dernier CH. Cette fois-ci c'est le grand OUF ! Nous terminons à la 202è place sur 306 partants une édition qui nous aura tenue en haleine des premiers jusqu'aux derniers kilomètres.

 

Epilogue

Alors que nous changions les pneus sur le port de Monaco, Coppola (2è) est venu nous voir parce-qu'une BMW grise l'avait retardé de 9 secondes dans la ZR14, qui s'est avérée très disputée apparemment, mais ce n'était pas celle de notre team.
Ceci dit, Coppola/Sussot en tête depuis le début aurait largement mérité de gagner.
Coup de chapeau à la 5è place de la Steyr-Puch des époux Aimé (2è dans la ZR14 derrière Guigou sur Renault 5 , tout est dit...), et à la coupe des dames remportée avec panache par les mamies Dacremont/Conconi sur Citroen ID 20 rose.
Personnellement, j'ai été impressionné par la performance des coupés Lancia Flavia et des Simca P60.

75312.jpg


Merci aux organisateurs pour cette belle et intense édition, avec le regret toutefois que le parcours de concentration ne soit pas plus sélectif, les conditions météorologiques font partie du challenge.
Rendez-vous en 2014 sur NSU Prinz IV pour le cinquantenaire de la victoire de classe Motte/Buyssens, avec le soutien actif du Club NSU France.